« J’ai appris il y a longtemps à ne jamais me battre avec un cochon » raisonnait George Bernard Shaw. « Vous êtes sale, et d’ailleurs le cochon aime ça. » Fidèles à eux-mêmes, Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs ont laissé les plus sages d’entre nous conscients qu’ils ne sont pas un groupe avec lequel il faut se salir. Au cours des sept années qui se sont écoulées depuis la création de ce groupe, la puissante charge primale en leur cœur s’est amplifiée bien au-delà des domaines de leur imagination d’origine. Incisif dans son attaque axée sur les riffs, contagieux dans ses chansons et plus aventureux que jamais dans son approche expérimentale, ‘Viscerals’ (leur 3ème album) est le son d’un cochon plus maigre et plus vicieux, et dont les commandes sont bien au-delà du riff pulvérisant et entraînements de leurs débuts.

Les Pigs ont sans effort élargi leurs horizons et abordé toutes ces nouvelles avenues sans sacrifier un iota de leur excentricité caractéristique, et la personnalité de ce groupe n’a jamais été aussi forte. Ce disque est leur plus vaste à ce jour et sa capacité à entrer dans le vif du sujet de la condition humaine est implicite depuis son titre.