Metal - Punk Hardcore
NOSTROMO + MONDE DE MERDE
15.03.2023 - 20H30 - PETITE SALLE
EVENT FACEBOOK

ABONNÉ ASTRO : 5€ / PRÉVENTE : 8€ / SUR PLACE : 10€

NOSTROMO (SUISSE – METAL)


Formé en 1996, NOSTROMO émerge au sein d’une scène suisse bouillonnante (Knut, Shora, Brazen). Les riffs sont précis, la frappe de batterie surpuissante, la basse calibrée. Les instruments s’intègrent avec subtilité à un chant agressif, déterminé, torturé. Ils publient rapidement un premier 45 tours puis un premier album studio “Argue” en 1998 via Snuff Records.

Au miliu des années 2000, Nostromo se sépare suite à des tensions insolvables au sein du groupe. A nouveau réunis pour un concert privé à l’automne 2016, il aura suffi de quelques photos sur les réseaux sociaux pour mettre le feu aux poudres : Gojira s’empresse de les inviter sur leur tournée, puis le Hellfest les programme sur leur édition 2017. Galvanisé par ce retour à la scène, Nostromo renaît de ses cendres sort l’EP “Narrenschiff” en 2019.
L’année 2022 marque le début de la collaboration de Nostromo avec le label suisse Hummus Records (fondé par le groupe Coilguns) et la sortie de leur quatrième album studio “Bucephale” le 28 octobre.

MONDE DE MERDE (ORLÉANS – PUNK HARDCORE)


« Tu te réveilles à 35 ans pour te demander ce que ça veut dire « Monde de Merde »? c’est pas que t’es indiscret… c’est juste que t’es un con! «  (Le Grand Détournement)

La réunion de deux métalleux soucieux de punkiser leur métal et deux punk-coreux s’étant juré de métalliser leur hardcore. Monde de Merde est un cri de révolte lancé aux frères opprimés, porté par une voix féminine éraillée. Un coup de genoux entre-jambiste assené à un monde cruellement auto-centré et peu cocasse.

Un bon vieux Punk-Hardcore qui fait la part belle au blast-grind, sans pour autant omettre les riffs rock n’roll. On pense à GALLOWS, GHOST OF A THOUSAND mouchant la chandelle avec F-MINUS, TRAGEDY et FROM ASHES RISE.

Qu’on se le dise, Monde de Merde n’est pas à prendre avec du pain sec et défi King Kong osera souiller l’oeuvre majeure de George Abitbol.